top of page

La Commission canadienne des droits de la personne fait l'objet d'une enquête d'un organisme international sur la discrimination envers les Noirs

Nathan Prier - président de l'Association canadienne des employés professionnels, Nicholas Marcus Thompson - directeur général du Black Class Action Secretariat, et Bernadeth Betchi - employée de la Commission canadienne des droits de la personne lors d'une conférence de presse à Ottawa.
Nathan Prier - président de l'Association canadienne des employés professionnels, Nicholas Marcus Thompson - directeur général du Black Class Action Secretariat, et Bernadeth Betchi - employée de la Commission canadienne des droits de la personne lors d'une conférence de presse à Ottawa. 10 juin 2024 Photo : Blair Gable

Pour diffusion immédiate


OTTAWA, le 11 juin 2024 – Dans une décision historique, l'organisme international qui délivre les accréditations en matière de droits de la personne a conclu qu'il existe une base suffisante pour revoir le statut « A » du Canada – une décision sans précédent qui le place au rang de pays comme la Russie, l'Irak et le Venezuela .

 

L'Alliance mondiale des institutions nationales des droits de l'homme (GANHRI) — un partenaire des Nations Unies — a lancé un « examen spécial » de l'accréditation de la Commission canadienne des droits de l'homme (CHRC). Cela fait suite à une plainte déposée par une coalition d'organisations canadiennes de défense des droits de la personne, qui a soumis comme preuve les conclusions fédérales de discrimination envers les Noirs à la Commission canadienne des droits de la personne .

 

Les ministres de la Justice successifs ont été conscients de la discrimination mais n’ont procédé à aucune réforme significative. Il Il est regrettable que nous ayons dû recourir à faire part de nos préoccupations à un organisme international afin de tenir la commission responsable d'années de violations des droits de l'homme. Nicholas Marcus Thompson, Secrétariat des recours collectifs contre les Noirs.

 

Si l’organisme international estime qu’il y a des raisons de déclasser la CCDP au statut « B » , pour la première fois, le Canada n’aura plus de droit de participation indépendante au Conseil des droits de l’homme de l’ONU, à ses organes subsidiaires et à certains organes et mécanismes de l’Assemblée générale. En outre, il perdra le droit de vote et d’occuper des postes de gouvernance au sein de la GANHRI.

 

Les implications de cette décision sont très graves pour le Canada. Cela risque de ternir irrémédiablement sa position de leader mondial en matière de droits de la personne, car le Canada n’a jamais vu son statut révisé au cours de ses plus de 30 années en tant que membre de la GANHRI. Nous exhortons le gouvernement canadien et la Commission à prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir l'intégrité de la Commission et son rôle essentiel pour les Canadiens. Ketty Nivyabandi, secrétaire générale d'Amnesty International Canada.

 

La coalition des groupes canadiens de défense des droits de la personne réclame :


● JUSTICE : le ministre de la Justice et procureur général, Arif Virani, entamera le processus visant à créer un modèle d'accès direct correctement financé au Tribunal canadien des droits de la personne (supprimant le rôle de la CCDP en tant que gardien ayant le pouvoir de rejeter les réclamations avant qu'elles n'atteignent le Tribunal)

● RECONNAISSANCE : Le gouvernement canadien doit accélérer les modifications tant attendues de la Loi sur l'équité en matière d'emploi afin d'inclure les Canadiens noirs en tant que groupe visé par l'équité en matière d'emploi.

● DÉVELOPPEMENT : Que le gouvernement fédéral nomme un commissaire à l'équité noire en tant qu'agent indépendant du Parlement pour superviser et garantir l'équité à tous les niveaux du gouvernement et de la fonction publique.

 

« Nous avons passé de nombreuses années à nous battre, mais les institutions n'écoutent pas », déclare Bernadeth Betchi, une employée actuelle du CRHSC, dont l'expérience en matière de discrimination au travail a été soumise au comité sénatorial. "C'est pourquoi mes collègues et moi saluons cet examen par un organisme international, dans l'espoir que le gouvernement prendra enfin cette question au sérieux."


CONTACT MÉDIAS : Ginella Massa, Massa Media & Comms info@massamedia.ca

 

 

INFORMATIONS DE FOND:

 

Le 26 février 2024, une coalition d'organisations de défense des droits humains a déposé une plainte auprès de l'Alliance mondiale des institutions nationales des droits humains (GANHRI).

 

 

Le groupe a fourni comme preuve : les conclusions du Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada et du Comité sénatorial des droits de la personne sur la discrimination anti-noire.

 

La plainte mettait en lumière les violations des lois internationales relatives aux droits de l'homme et des Principes de Paris , des normes minimales convenues au niveau international auxquelles les institutions de défense des droits de l'homme sont tenues de se conformer.

 

L'Alliance mondiale des institutions nationales des droits de l'homme (GANHRI) est l'un des plus grands réseaux de défense des droits de l'homme au monde, représentant plus de 110 institutions nationales des droits de l'homme. C’est un partenaire reconnu et fiable des Nations Unies. Le Sous-comité d'accréditation (SCA) de la GANHRI est chargé d'examiner et d'accréditer les institutions nationales des droits de l'homme conformément aux Principes de Paris. Le SCA s'est réuni du 26 au 28 mars et a publié son rapport et ses recommandations le 7 juin 2024. Il a décidé d'entamer un examen de la situation du Canada et de l'Irak.


Le Canada est membre du GAHNRI depuis sa création en 1993 , par l'intermédiaire de la Commission canadienne des droits de la personne. Sa dernière période d'examen d'accréditation s'étendait de 2016 à 2022, et son prochain examen est prévu pour 2027. Cet « examen spécial » sans précédent, auquel le Canada n'a jamais été soumis dans l'histoire de ses membres, examinera la période de cinq ans précédant son plus récent « A ». » statut d’accréditation en 2023.


Les membres de la GANHRI sont révisés tous les 5 ans . En décembre 2023, la GANHRI est composée de 120 membres : 88 INDH accréditées au statut « A » et 32 INDH accréditées au statut « B ».


Il existe actuellement deux niveaux d'accréditation : Statut « A » (Entièrement conforme aux Principes de Paris) : Les institutions participent pleinement aux travaux et aux réunions internationales et régionales des institutions nationales en tant que membres votants, et elles peuvent occuper un poste au sein du Bureau du Comité international de coordination ou de tout sous-comité établi par le Bureau. Ils peuvent également participer aux sessions du Conseil des droits de l'homme et prendre la parole sur n'importe quel point de l'ordre du jour, soumettre des documents et occuper des sièges séparés. Statut « B » (Partiellement conforme aux Principes de Paris) : Les institutions peuvent participer en tant qu'observateurs aux réunions internationales et régionales des institutions nationales des droits de l'homme. Ils ne peuvent ni voter ni exercer de fonctions au sein du Bureau ou de ses sous-commissions. Ils ne reçoivent pas de badge d'INDH et ne peuvent pas non plus prendre la parole sur les points de l'ordre du jour et soumettre des documents au Conseil des droits de l'homme.


Pays ayant déjà fait l'objet d' un examen spécial : Burundi, Madagascar, Nigéria, Chili, Équateur, Honduras, Mexique, Indonésie, Jordanie, Népal, Grande-Bretagne, Panama, Venezuela, Myanmar, Sri Lanka, Afghanistan, Russie, Irak.


Processus d'examen spécial et calendrier : La GANHRI procédera à l'examen spécial du Canada à l'automne 2024, avec une décision dans les mois suivants. Il examinera la période de cinq ans allant de 2016 à 2022 qui a conduit à sa plus récente accréditation au statut « A ». Si le Canada est rétrogradé au statut « B » , il n'aura plus de droits de participation indépendants au Conseil des droits de l'homme de l'ONU, à ses organes subsidiaires et à certains organes et mécanismes de l'Assemblée générale, et perdra le droit de voter et d'occuper des postes de gouvernance au sein de la GANHRI.


FICHIERS SUPPLÉMENTAIRES :

 

 







Kommentare


bottom of page